Warning: Declaration of wpshower_tabs::widget($args) should be compatible with WP_Widget::widget($args, $instance) in /customers/a/0/9/atoutage.be/httpd.www/wp-content/themes/unspoken/core/widgets/tabs.php on line 0 Warning: Declaration of wpshower_tabs::update() should be compatible with WP_Widget::update($new_instance, $old_instance) in /customers/a/0/9/atoutage.be/httpd.www/wp-content/themes/unspoken/core/widgets/tabs.php on line 0 Warning: Declaration of wpshower_tabs::form() should be compatible with WP_Widget::form($instance) in /customers/a/0/9/atoutage.be/httpd.www/wp-content/themes/unspoken/core/widgets/tabs.php on line 0 Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /customers/a/0/9/atoutage.be/httpd.www/wp-content/themes/unspoken/core/widgets/tabs.php:0) in /customers/a/0/9/atoutage.be/httpd.www/wp-content/themes/unspoken/functions.php on line 19 « Plus tard, je suis allée en prison… » – Monique, témoin pour ‘La paix ça commence tout de suite !’ | Atoutage
Une association pour ceux qui souhaitent des réponses intergénérationnelles à des problématiques sociales diverses : gestion de projet, méthodologie, conférences, animations, conseil.

« Plus tard, je suis allée en prison… »
– Monique, témoin pour ‘La paix ça commence tout de suite !’

ndlr : Atoutage a proposé aux témoins et passeurs de mémoire de ‘La paix ça commence tout de suite’ autour de la colonisation du Congo par la Belgique de commenter une image. Une manière de partager avec nous une partie de leur histoire, une manière aussi de concrétiser une partie de notre Histoire commune. A noter qu’Atoutage a pris le parti de retranscrire l’oralité de ce discours, qui présente une expérience parcellaire et concrète…

A Kananga, chaque année, cette photo était prise : on la mettait avec un message différent dans l’almanach du journal La Croix pour la période des voeux de Noël et Nouvel an. J’avais peut-être 16 ans, mais il paraît que je n’ai pas beaucoup changé.

Voix et mobutisme

Je suis née en 1954. A l’âge de neuf ans j’étais déjà cheftaine, d’abord au niveau local et ensuite au niveau régional pour tout le Kasaï occidental. Je m’occupais aussi de la chorale : j’ai dirigé des pèlerinages de 30 km. Au moment de ma première communion, on avait repéré que j’avais une belle voix pour chanter… Mais comme au Congo, avec le Mobutisme, on avait supprimé tous les mouvements de jeunesse, pour les enfants plus âgés, on a créé un ‘Choeur de paix’ – puisqu’on ne pouvait plus l’appeler ‘mouvement de jeunesse’, on l’a appelé ‘Choeur de paix’. L’objectif était de transmettre l’autonomie aux enfants, la ‘paix en eux-mêmes’. Par rapport à la population et par rapport à l’idéologie du mobutisme.

J’avais aussi trouvé ce livre dans lequel il était écrit que le mal était devenu bien et que le bien était devenu mal. C’est parce que le respect entre les jeunes s’évaporait qu’on a créé ces rencontres-là.

C’était comme si on était le levain dans la pâte, pour donner du sens et de la joie de vivre, surtout. Parce que la situation devenait de plus en plus difficile pour les jeunes congolais.

Prison et soins

Plus tard, je suis allée en prison : visiter des prisonniers, des veuves et des maisons de démunis. Les religieux ne pouvaient plus passer nulle part mais nous, comme jeunes, on passait partout. Et on avait créé une revue, ‘La joie de vivre’, dont j’étais éditrice. Un jour il y a eu un problème : on a retrouvé deux jeunes avec des barres de fer aux pieds et aux mains, avec des cadenas. La famille les cherchait, ils étaient portés disparus.

Un ouvrier m’a parlé d’eux, en prison. J’ai fait intervenir l’Etat et le directeur de la prison a été limogé. Ensuite, il a tout fait pour m’éliminer aussi, mais physiquement…

Donc au départ, je suis venue en Belgique pour les soins médicaux, à l’hôpital d’Anvers. J’avais profité du fait que j’étais témoin du mariage d’une copine, à Tamines. Je me suis inscrite à l’UCL le temps de me faire soigner. Jean Gol était ministre des affaires étrangères, à ce moment-là. Et on a voulu m’expulser parce que sur le dossier de l’UCL, ils avaient inversé les deux parties de mon nom ! Alors j’ai téléphoné au ministère pour dire merci à la dame qui m’avait aidée, et je suis tombée sur quelqu’un à midi moins deux. On m’a dit ‘Non, on ne vous expulsera pas’. C’est comme ça que j’ai eu un séjour pour toute la durée de mes études de psychopédagogie et orthopédagogie, avec une spécialisation pour les sourds, et une licence complémentaire en sciences religieuses.

Déjà au Congo, les religieuses m’avaient orientée vers l’enseignement. Ensuite j’ai d’abord travaillé un petit peu à l’UCL et puis j’ai donné des cours de religion.

J’ai toujours animé, donc j’anime toujours. Et je chante, voilà où m’a menée cette photo, le début de mon histoire en Belgique…

Commentez

Insérez votre nom

Votre nom est requis

Entrez une adresse mail valide

Entrez une adresse mail valide

Entrez une adresse mail valide

Atoutage © 2019
Tous droits réservés


Atoutage est membre de